Patrimoine

Saint-Paul au 19ième siècle raconté par François Marie BLANC

Saint-Paul ( pas encore Saint-Paul-en-Chablais) au 19° siècle par mon arrière-grand-père François Marie BLANC,  y étant né le 24 septembre 1802 et décédé le 6 décembre 1885.

C’est par des extraits d’un cahier manuscrit de sa main en 1872 que j’ai souhaité faire connaître, par l’intermédiaire du site internet de la mairie de
Saint-Paul-en-Chablais exclusivement, quelques faits, événements, qu’ils soient civils ou religieux, à ceux qui s’intéressent à notre commune.


Les pages non reproduites concernent notre famille et, pour certaines, n’ont pas un intérêt général.

Le 26 janvier 2010
Félicien BLANC

 

L'arrière-grand-père de Félicien BLANC (dit du Bureau) - comme précisé ci-dessus - François BLANC a légué à sa famille un carnet qui apporte aux habitants de Saint-Paul de multiples réponses sur la construction du clocher, les catastrophes qui ont marqué la vie du village....

A découvrir... et à partager sans modération !

Le Maire

Vous avez la possibilité de télécharger l'ensemble du document en version pdf.:

Carnet de François BLANC

L'école communale a plus de 100 ans !

C’est avec plaisir et enthousiasme que les membres de l’Association Mémoire et Patrimoine de Saint-Paul-en-Chablais ont organisé et vécu les 100 ans de l’école communale du Chef-lieu au travers de son exposition de fin mars, début avril 2010.

Ils ont tout mis en œuvre pour que celle-ci soit la plus complète possible dans les différentes facettes que représente cette institution nationale.


Ainsi on a pu y retrouver :
- l’école dans le pays à travers les siècles ;
- l’école dans le village durant les deux cents dernières années ;
- le matériel pédagogique d’époque ainsi qu’une littérature abondante ;
- les inévitables photographies de classe où beaucoup ont pu s’y reconnaitre.

Et chaque samedi une animation particulière avec la « classe vivante » et le passage du célèbre « certificat d’études primaires » - le certif - .

Avec cette deuxième exposition les membres de l’Association Mémoire et Patrimoine espèrent avoir fait connaître un peu plus aux nombreux visiteurs l’histoire de Saint-Paul-en-Chablais.

Georges MICHOUD,
Président de l’Association Mémoire et Patrimoine.

Téléchargez la frise historique.

Saint-Paul au Moyen-âge

Sidonie BOCHATON, doctorante en archéologie médiévale s'est intéressée à l'histoire de Saint-Paul, en voici un résumé :

 

La commune de Saint-Paul bénéficie, contrairement à la majorité de ses voisines, d’archives historiques très bien conservées, en particulier celles de la famille de Blonay et celles de la famille du Pas. Ces archives permettent de bien connaître l’Histoire de la commune.

Les vestiges antérieurs au XIIIe siècle sont peu nombreux : il s’agit d’une pierre à cupules et spirales et de tombes datées des VIIe et VIIIe siècles. Les premières mentions du territoire de Saint-Paul datent de la fin du XIIe siècle et mentionnent le premier seigneur du lieu encore appelé Ciriel : Turembert de Bex. Celui-ci est en possession des églises saint Paul, saint Ours de Bernex et sainte Marie de Maxilly.
 

Au cours du XIIe siècle, ce territoire passe à la famille de Faucigny pour une raison encore inexpliquée. Il est donné à Belon de Faucigny lors de son mariage avec Guillaume de Blonay, cadet d’une des familles chablaisiennes les plus importantes de l’époque. En 1210, après le décès de Guillaume, apparaît la première mention d’un prieur « de Saint-Paul », la première mention de Belon en tant que « dame de Saint-Paul », et un chevalier Aymon de « Saint-Paul ». Le territoire a donc pris comme nom le vocable de l’église.

Ce prieuré bénédictin dépendait du prieuré de Lutry (Vaud) qui lui-même dépendait de l’abbaye de Savigny (Rhône). Le prieuré était constitué d’une église et d’un bâtiment conventuel au nord (« maison des sœurs »). Un fragment d’un cartulaire daté de la seconde moitié du XIIIe siècle est conservé. Plusieurs chapelles privatives seront construites dedans au cours des siècles suivants.

Au décès de sa mère Belon, Aymon de Blonay devient seigneur de Saint-Paul et entreprend la construction d’un château sous l’église. Celui-ci sera assiégé en 1290 par les troupes du comte de Savoie et pris au bout d’une quinzaine de jours. A partir de là, les Blonay entreront dans la mouvance des Savoie.
La famille du Pas apparaît à la même époque : il s’agit de familiers des Blonay qui deviennent notaires dans la première moitié du XIVe siècle. Leurs archives familiales sont très bien conservées à Turin et permettent de dresser un état précis de leurs possessions. Les du Pas devaient posséder une maison forte dans le village. Celle des Blonay date du XVe siècle.
A la suite des invasions du XVIe siècle et de problèmes financiers, les Blonay doivent se séparer de leur château et le vende à la famille du Nant d’Evian qui le garde jusqu’en 1665, date à laquelle Claude de Blonay récupère les biens de sa famille. Il achète également la maison-forte du Pas dont les membres s’installent à Evian.

Trois questions à Sidonie..